Pourquoi une ablation des ganglions lymphatiques en cas de cancer du sein ?

de | 22/05/2013

cancer-sein

Lors de l’intervention chirurgicale du cancer du sein, l’équipe médicale peut être amenée à faire une investigation complémentaire en enlevant et en analysant d’autres parties dont les glandes qui transportent la lymphe. Ceci permet de savoir si le cancer a progressé et par conséquent de mieux cerner les traitements à mettre en place après l’opération.

Un examen minutieux

En optant pour l’ablation des ganglions lymphatiques, le chirurgien pourra obtenir des informations importantes sur la progression de la maladie. En observant en premier lieu les ganglions sentinelles au microscope, il peut s’apercevoir alors d’une propagation des cellules cancéreuses. On parlera alors de métastases ganglionnaires. Dans ce cas, il enlèvera les premiers  ganglions et il effectuera un curage sur l’ensemble des ganglions.  Dans le cas contraire où  le ganglion analysé est négatif, il n’y aura pas d’autre ablation.

Ainsi au même titre que la taille et le stade de la tumeur, l’envahissement ganglionnaire est un élément important dans la prise de décision sur le traitement à proposer à la patiente.

Dans quels cas ?

Si le cancer est un carcinome canalaire in situ, il reste très localisé et se propage très rarement vers les ganglions lymphatiques. L’ablation n’est donc pas indiquée pour ce type de cancer. Dans les autres cas, il est le plus souvent recommandé sauf dans certaines situations où il est jugé acceptable de ne pas analyser les ganglions.

Effets secondaires et complications

Les bras et la région autour de l’aisselle et de la clavicule peuvent être engourdis. Des séances de kinésithérapie sont alors prescrites et les patientes peuvent retrouver la motricité du membre au bout de quelques semaines.

Certaines patientes peuvent être handicapées sur une longue période voire à vie par un lymphœdème  Le liquide lymphatique pouvant s’accumuler dans le bras, ce dernier peut enfler et devenir douloureux. Il faut également savoir qu’une infection peut même parfois apparaître.